Communiqué de presse / FFEPGV

Dans le communiqué qui suit, la Fédération de Gym Volontaire est dans son rôle, elle se préoccupe de la survie des clubs affiliés et, par la même, de sa propre existence.

Il n’en demeure pas moins que dans leur ensemble, les mesures sanitaires prônées par les responsables en charge, s’imposent, à l’heure ou, partout, la pandémie reprend vigueur.

Nous tous, organisateurs bénévoles des clubs, devons nous plier à ces mesures dictées par la prudence, elle nous exonère de toutes responsabilités envers nos adhérents, lesquels nous accordent une confiance dont nous saurons nous montrer dignes.

Le Président

Communiqué de presse
La Fédération Sport Santé tire le signal d’alarme !
Les mesures sanitaires sont en train de détruire le tissu associatif sportif et éloignent les Français de l’activité physique

Montreuil, le 6 octobre – La semaine dernière de nouvelles mesures sanitaires ont conduit à l’interdiction de pratiques sportives en lieu clos et à la fermeture des salles de sport et piscines. Cette décision a un impact sur l’activité des clubs affiliés à la FFEPGV, dont la plupart des cours se déroulent dans des gymnases et espaces clos municipaux. Pour la Fédération leader du Sport Santé, cette décision qui intervient juste après la rentrée sportive met à mal la survie des clubs, l’emploi des animateurs sportifs et a/aura un impact inévitable sur l’état de forme des Français.

Le tissu associatif est en péril !

Depuis le mois de mars, les fédérations sportives sont durement touchées. Elles sont restées plusieurs mois sans pouvoir exercer leur activité. Si certaines, comme la FFEPGV, ont immédiatement réagi en mettant en place des dispositifs pour pratiquer de l’activité physique à distance (dispositif Sport Santé Chez Soi), elles ont été coupées d’une grande partie de leurs activités qui résident sur un accompagnement en présentiel.

Aujourd’hui ces décisions viennent à nouveau charger un tissu associatif sportif déjà ébranlé et fragile. Pourtant, dans un contexte où la solidarité et l’entraide sont de mise, les Français ont plus que jamais besoin de pouvoir s’appuyer sur des structures telles que la FFEPGV qui leur permettent d’avoir accès à une pratique sportive accessible à tous. Pour la FFEPGV, ce sont des milliers d’emplois directs et indirects qui sont menacés d’une part, et la pérennité de l’organisation tout entière qui est mise en danger avec déjà des pertes financières importantes constatées depuis la rentrée de septembre.

Par ailleurs, les annonces des autorités créent auprès des français un sentiment de méfiance et d’inquiétude vis-à-vis du sport de loisir et nombreux sont ceux qui décideront de ne plus fréquenter les salles et complexes sportifs une fois la crise sanitaire passée.

« Notre Fédération enregistre en cette rentrée une baisse significative de licenciés et d’affiliations de nos clubs. Plus les fermetures dureront, plus les dommages collatéraux à la situation sanitaire seront considérables. » commente Patricia Morel, Présidente de la FFEPGV.

Un enjeu de santé publique

Aujourd’hui l’activité physique est un enjeu de santé publique, comme la dernière campagne « envie de sport » du gouvernement le pointe. Il n’est plus besoin de démontrer que l’activité physique est l’un des moyens pour lutter contre la sédentarité et ses conséquences telles l’obésité ou les maladies cardio vasculaires… des pathologies qui sont aujourd’hui connues pour générer des comorbidités aggravantes en cas d’infection par le Covid-19. Et au-delà de la santé, l’activité physique permet de préserver le bien-être psychologique et de conserver du lien social. Autant de besoins vitaux dans un contexte sociétal particulièrement éprouvant. Ces notions, les Français en sont conscients. Ainsi, ils étaient 76% à déclarer souhaiter reprendre une activité sportive à la rentrée (source Baromètre Sport Santé réalisé par la FFPEGV en partenariat avec Ipsos*).

« Ces décisions sont un nouveau coup d’arrêt pour notre Fédération. Nos clubs ont respecté à la lettre toutes les recommandations sanitaires et aucun cas de contamination n’a été signalé. L’accès à la pratique sportive doit rester accessible à tous les Français quel que soient leurs moyens, conditions physiques ou origines géographiques, c’est notre engagement depuis 130 ans. Aujourd’hui je veux que nous puissions tenir cette promesse et la FFEPGV reste mobilisée auprès de ses clubs et de ses pratiquants et aux côtés des collectivités territoriales pour réfléchir avec le gouvernement et les préfectures à créer les conditions d’un encadrement garant de la sécurité de chacune et chacun. Les associations sportives sont justement un levier pour prendre soin de la santé des Français, faites leur confiance plutôt que les sanctionner ou les stigmatiser ! » conclut Patricia Morel.

*Enquête réalisée par l’institut IPSOS pour la FFEPGV auprès de 1 083 personnes de 16 ans et plus, du 18 au 20 Août 2020.
A propos de la FFEPGV
Issue d’un mouvement sportif créé en 1888 pour améliorer la santé publique par la démocratisation de la pratique sportive, la FFEPGV voit le jour en 1971, avec la réunion de plusieurs structures fédérales sportives. La Fédération a pour vocation d’organiser des activités physiques et sportives, orientées vers les loisirs et le bien-être. Elle est reconnue d’utilité publique depuis 1976, et compte près d’un demi-million de licenciés et pratiquants à travers 5 600 clubs. Les cours sont délivrés dans chaque club par des animateurs sportifs formés et diplômés par la Fédération.
Pour information www.sport-sante.fr